DÉCÈS DE JEAN-PIERRE WORMS

Jean-Pierre WORMSSociologue, homme politique et militant associatif, Jean-Pierre Worms, président de la Fonda de 2004 à 2008, nous a quittés.
Toute l’équipe de la Fonda rend hommage à « son humanisme inquiet et actif, cherchant inlassablement, dans le questionnement, la création et l’expérience, ce qui peut faire se rejoindre l’impératif de l’intérêt général et la capacité, pour chaque individu, d’exprimer et de déployer sa singularité.
[…] Jamais dupe des postures institutionnelles, toujours attentif à ce qui émerge dans la société, il aura été un homme de liens, de main tendue et de bras ouverts. […] Visionnaire, enthousiaste, opiniâtre, Jean-Pierre Worms nous a inspirés et inspirera encore ceux et celles qui militent et qui ne se résignent pas. »
Souriant, élégant, généreux, précurseur, créatif… Telles sont les images qui restent à Georges Dhers, responsable de collectif local Pacte civique quand il a connu Jean-Pierre Worms alors qu’il animait France Initiatives Réseau et qu’il avait écrit dans Le Monde un article intitulé « La création d’activités n’est ni de droite ni de gauche ».
Jacqueline Louiche, également membre de la coordination générale du Pacte civique, évoque les interventions de Jean-Pierre Worms à propos du « pouvoir d’agir » et regrette « une belle figure d’homme engagé qui s’en va ».
Pierre Guilhaume, coordinateur du Pacte civique, rappelle que Jean-Pierre Worms a souvent participé à nos débats malgré ses engagements multiples, en particulier dans la phase préparatoire aux élections de 2017: « Il y apportait des analyses précises, une faculté d’indignation et une énergie communicatives. Il conciliait une grande radicalité avec un sens aigu des réalités et la recherche de solutions concrètes. Il ne se complaisait pas dans l’incantation. »
Bénédicte Fumey, Patrice Bony, les membres du Pacte civique expriment leur vive émotion et saluent l’investissement de Jean-Pierre Worms dans de nombreux mouvements citoyens : une belle et droite personne avec qui il était agréable de ne pas être toujours d’accord. »Jean-Pierre Worms était à la fois radical et exigeant, et compréhensif devant la lourdeur des êtres et des choses, sans jamais non plus s’y résigner.
Rappelons qu’il fut en tant que député de Saône et Loire rapporteur des lois de décentralisation, puis du RMI.
Nous perdons perdons beaucoup avec sa disparition.
C’était, entre autres multiples activités, un ami fidèle du Pacte civique, toujours disponible, il était intervenu lors des journées de lancement en 2011, avait notamment contribué à la fiche repère sur les migrations. Il défendait inlassablement le pouvoir d’agir des moins favorisés ». (Jean-Baptiste de Foucauld, président du Pacte civique)

« Jean-Pierre Worms pointe les difficultés du passage entre le monde qui se meurt et celui qui émerge. » Hervé Chaigneau Dupuis

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s